Qui suis-je ?

Pas le temps de tout lire ?

  Pour avoir toutes mes références en un clin d’oeil télécharger mon curriculum vitae

Au début être masseur n’était pas une évidence. loin de là.

Adolescent,  je n’imaginais pas être destiné à le devenir.

Et pourtant c’est au détour d’un voyage en Asie que l’idée à commencer à germer dans mon esprit.

Pour moi, le massage n’est pas uniquement un métier, un moyen de faire de gagner ma vie, c’est avant tout le plaisir de contribuer au bien-être des autres, de leur apporter mon aide d’une manière hors norme, originale et concrète. Une façon de me sentir utile ici bas.

En 2008 j’ai pris mon sac à dos et je suis parti en direction du sud de l’Inde dans la province du Kerala. L’Inde est un pays qui ne laisse pas indifférent.  Arriver en Inde c’est subir le choc des cultures.

Surtout lorsque l’on s’y rend avec pour seuls et unique amis son sac à dos et le lonely planet. J’ai séjourné dans la ville de Trivandrum où j’ai été formé dans une école pendant plusieurs semaines aux principes de la médecine traditionnelle Indienne : L’Ayurveda.

L’Ayurveda a plusieurs facettes dont les plus connues en Europe sont la médiation, le yoga et le massage. Au-delà de l’apprentissage que j’ai reçu, ce fut une expérience humaine et culturelle incomparable et inoubliable.

Puis ensuite j’ai découvert le massage traditionnel thaïlandais, ce fut le coup de foudre immédiat. Ceux qui ont déjà goûté à un vrai massage traditionnel thaïlandais peuvent me comprendre.

Le massage thaïlandais est surprenant, précis, profond, parfois même douloureux, mais il apporte un bien-être immédiat et instantané que je n’ai personnellement jamais ressenti à ce jour, avec un autre style de massage. Il existe plusieurs méthodes de massages traditionnels thaïlandais

  • Le massage royal, réservé à la famille royal uniquement et que l’on enseigne pas aux étrangers
  • Le style du Sud, que l’on retrouve à Bangkok, plus exactement dans  le temple wat pho
  • Le style du Nord,  que l’on retrouve naturellement dans la partie haute du pays dans la région de la ville de Chiang mai, c’est précisément celui-ci que l’on m’a enseigné et que j’utilise à ce jour.

J’ai eu le plaisir et le privilège d’apprendre dans des écoles reconnues à l’international par les fédérations de massothérapeutes et agrées par le gouvernement et le ministère de la santé thaïlandaise.

Puis il a fallu revenir en France et passer par une longue période durant laquelle je me suis approprié les techniques enseignées, j’ai étoffé mes connaissances en anatomie et j’ai développé mon toucher afin de ne plus  » voir  » mais  » sentir  » les maux pour avoir le geste  » juste et précis « .

Je continue à développer mes connaissances en me plongeant régulièrement dans différents ouvrages dédiés soit à l’art du massage, soit à la découverte du corps humain abordé sous différents angles.

C’est  un merveilleux outil que l’on se doit de traiter avec soin et respect.

Le massage relaxant est une façon de communiquer avec lui et de lui apporter tout le respect et le bien-être qu’il mérite, car chaque massage est différent et chaque séance est une nouvelle aventure.

Nicolas Hinderholtz